Le recueil de sperme

Le recueil de sperme concerne les patients qui ont recours aux techniques suivantes :

  • Evaluation des paramètres spermatiques selon les normes OMS de 2010 ;
  • Congélation spermatique dans le cadre d'un projet parental (avant AMP) ou dans le cadre de la préservation de la fertilité avant traitements anti-cancéreux ;
  • Insémination intra-utérine avec sperme du conjoint et
  • Fécondation in vitro avec ou sans micromanipulation. 

Pour ces deux dernières techniques, une analyse datant de moins de 3 mois est obligatoire. Elle doit inclure une spermoculture et un test de capacitation et migration (TMS). Par ailleurs et selon la loi, des sérologies (HIV, HVC, HbS, TPHA-VDRL) sont également obligatoires.

Le recueil de sperme s'effectue au sein de la clinique. Pour ce qui est des spermogrammes de contrôle, le prélèvement peut être effectué à domicile en fonction de la distance entre ledit domicile et la clinique (1 heure maximum). Il convient de se renseigner auprès du Biologiste pour obtenir les instructions nécessaires.

Une abstinence de 2 à 3 jours est souhaitable. Une abstinence longue est souvent délétère pour la qualité du sperme.

Le recueil de sperme se fait généralement par masturbation (entre 8h00 et 9h00), toujours sur rendez-vous.

Pour les ponctions d'ovocytes et les inséminations, le recueil, obligatoirement réalisé au niveau de la Clinique, a lieu le jour de l'AMP. En effet, la Loi n’accorde pas la possibilité de faire le prélèvement à domicile. Des exceptions peuvent être accordées uniquement par le Biologiste responsable.

Il arrive qu'un deuxième recueil de sperme soit demandé le jour de la ponction lorsque le nombre de spermatozoïdes paraît insuffisant. Cette situation, toutefois relativement exceptionnelle, intéresse surtout les couples traités par micro-injection mais il convient néanmoins de la prévoir dans votre organisation.